Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
manga,fiction,chanson

tokyo ghoul scan 1

28 Novembre 2015 , Rédigé par sakura

scan de Tokyo ghoul 2
scan de Tokyo ghoul 2

Je vous mets le premier scan de Tokyo ghoul

Lire la suite

tokyo ghoul scan la couverture

28 Novembre 2015 , Rédigé par sakura

scan de Tokyo ghoul la couverture
scan de Tokyo ghoul la couverture

Je vous mets le scan de Tokyo ghoul la couverture

Lire la suite

kilari generique 1 saison 1

24 Novembre 2015 , Rédigé par sakura

kilari
kilari

Lorsque je t'ai vu pour la première fois
J'ai senti mon coeur s'envoler
Oui tu es mon étoile aux milles éclats
Mais partages-tu mes pensées?


Quoi que je fasse l'amour envahit mon coeur
Et il y met plein de bonheur


Je me berçais de tant d'illusions
Croyant que nous étions main dans la main
Est-ce vraiment le fruit du destin
De ne pouvoir vivre sa passion


Ton sourire m'a charmé
Je ne sais plus où je vais
Mon étoile!!!Oui,tu es le garçon que j'attendais
Comme toi je veux briller
Vivre à tes côtés


Lorsque je t'ai vu pour la prémière fois
J'ai senti mon coeur s'envoler
Oui tu es mon étoile aux milles éclats
Mais partages-tu mes pensées?
Quoi que je fasse l'amour envahit mon coeur
Et il y met plein de bonheur.



kilari generique 1 parole

Lire la suite

Un réalisateur de voeux

18 Novembre 2015 , Rédigé par sakura

Un réalisateur de voeux

Réaliser un voeux. "source forum teemix"


Ce jeu ne demande que 3 minutes d'attention . Ca va t'effrayer. La personne qui me la envoyé a dit que son voeu s'est réalisé 10 minutes après l'avoir lu. Mais pas de triche. Ce jeu a un drôle/effrayant dénouement .. Ne lis pas en avance mais fais-le dans l'ordre, point par point. Ca prend env 3 min. et ca vaut la peine. Prends d'abord une feuille et un crayon.
CONSIGNES:
Quand tu choisis les noms, sois sûr que ce sont des personnes que tu
connais
et fais-le d'après ton premier instinc .Descend ligne par ligne. Ne lis pas en dessous, tu gâcheras tout le fun parti
1. Ecris les chiffres de 1 a 11 dans une colone
2. A côté des chiffres 1 et 2, écris 2 nombres aux choix
3. A côté des chiffres 3 et 7,inscrit le nom d'une personne de sexe opposé (noms differents )
Ne regarde pas trop bas ou ca ne marchera pas. Avance point ,par point...
4. Ecris le nom de n'importe qui (par ex.: amis, famille) à côté des chiffres 4, 5 et 6. (noms differents)
Ne triche pas ou tu regretteras
5. Ecris quatre titres de chansons en 8, 9, 10 et 11
6. Finalement, fais un voeu Ici est la clef du jeu
RESULTAT :
1.Tu dois parler de ce jeu à un certain nombre de personnes (le nombre qui est à côté du 2).
2. La personne en place 3 est celle que tu aimes.
3. Celle en place 7 est quelqu'un que tu apprécies beaucoup mais avec qui ça ne marche pas.
4. La personne que tu as mise en 4 est qqn à qui tu tiens vraiment beaucoup .
5.La personne que tu as nommée en place 5 est celle qui te connait très bien
6. La pers. que tu as inscrite en 6 est ta personne porte-bonheur
7. La chanson en 8 est celle qui s'associe avec la personne en 3.
8. Le titre en 9 est la chanson pour la personne en 7
9. La chanson en 10 est celle qui t'en dit le plus sur ton esprit
10. La chanson en 11 est celle qui révèle tes sentiments par rapport à la vie.
Mets cela sur 10 blogs dans l'heure qui suit ta lecture de ce mot. Si tu le fais ton voeu se réalisera

Lire la suite

deux chanson de chichi et mimi de mermaid melody

17 Novembre 2015 , Rédigé par sakura

chichi et mimi
chichi et mimi

Premier chanson

Affreuse Voix, horrible chanson
Lumière de la perle, nous te déroberons


Elle éclairera, l'obscurité fatale
Spectacle irréel, éternel sans égal


Affreuse Voix, horrible chanson
Le pouvoir de la magie noire donne le ton!


Comme la paix n'est qu'une simple illusion
Un rêve, un fantasme, une drôle de vision
Un attrape nigaud, que personne ne peut voir
Elle n'a pas d'image dans les miroirs


Comme la paix n'est qu'une simple illusion
Un rêve, un fantasme, une drôle de vision
Que personne ne peut voir
Elle n'a pas d'image dans les miroirs


Affreuse Voix, horrible chanson
Dans les vagues les plus sombres
Ces refrains t'entrainerons
Affreuse voix, prison de l'amour
Qui enchaine le monde
Jusqu'au dernier jour


Affreuse Voix, horrible chanson
Le pouvoir de la magie noire donne le ton!


Comme la paix n'est qu'une simple illusion
Un rêve, un fantasme, une drôle de vision
que personne ne peut voir
Elle n'a pas d'image dans les miroirs


Affreuse Voix, horrible chanson
Dans les vagues les plus sombres
Ces refrains t'entrainerons
Affreuse voix, prison de l'amour
Qui enchaine le monde
Jusqu'au dernier jour


Tout les pouvoirs qui dorment au fond de moi
Aujourd'hui vont se transformer
En filtre magique qui trompera
Tout les coeurs simples et délaissés


Affreuse Voix, horrible chanson
Dans les vagues les plus sombres
Ces refrains t'entrainerons
Affreuse voix[, prison de l'amour
Qui enchaine le monde
Jusqu'au dernier jour


Elle éclairera, l'obscurité fatale
Spectacle irréel, éternel sans égal


Affreuse Voix, horrible chanson
Le pouvoir de la magie noire donne le ton!


Affreuse voix, horrible chanson
Lumière de la perle, nous te déroberons


Affreuse voix, horrible chanson
Elle éclairera, l'obscurité fatale

Deuxième chanson en japonais

Hikari tozasu BAROKKU utsukushiki NOIZU to nare
Kuroi wana no sasayaki yurikago de eien ni nemure


Yukkuri to mezameteku
Uchinaru kokoro no kage yo
Shinku no BARA wo kazari shinju wo koorasete


Saa, tomo ni negai wo hitotsu ni shite
Ooinaru ankoku ni mi wo yudanete


Kokoro nusumu BAROKKU MAINASU no nami ni dakare
Shinjiteita sekai wa isshun de oto mo naku kieru


Yukkuri to mukatte iru
Owari no toki wo iwaou
Koori no bishou tatae shinju wo hai ni shite


Aa... tomo yo. Kibou no hikari areba
Nijimidasu zetsubou to iu OMAAJU


Hikari tozasu BAROKKU utsukushiki NOIZU to nare
Kuroi wana no sasayaki yurikago de eien ni nemure
Tozasareta rakuen...


Saa, tomo ni negai wo hitotsu ni shite
Ooinaru ankoku ni mi wo yudanete


Kawarihateta sekai de unmei no morosa wo shiru
Ate no nai kanashimi ga kokoro wo kudaku mae ni
Hikari tozasu BAROKKU utsukushiki NOIZU to nare
Kuroi wana no sasayaku mirai wo mezashi tomo ni yukou...

les chanson de chichi et mimi de mermaid melody

Lire la suite

zero no tsukaima fiction 1 chapitre 3

16 Novembre 2015 , Rédigé par sakura

Louise : Tu sais que je déteste ce genre d'humour...
Saito : Rho... allez, accroches moi un sourire sur ce jolie visage !

Louise rougis lorsque Saito affirma qu'elle avait un jolie visage. Il était si gentil avec elle. C'était la personne la plus gentille à ses yeux. Grâce à lui, elle ne vit plus ces journées d'enfer à l'académie où tout le monde se moquait d'elle autant pour sa capacité à la magie que pour son physique dont sa poitrine en faisait souvent le sujet...

Saito : Que dirais-tu d'aller voir les amis à l'académie ?
Louise : Et comment ? Je n'ai pas envie de perdre une journée pour y aller en calèche.
Saito : On pourrait demander à Charlotte de nous y emmener avec Irukku. Enfin... je veux dire Sylphid.
Louise : Charlotte...

Louise avait complètement oublié Charlotte mais en y repensant elle avait oublié tout le monde. Depuis leur mariage elle ne les avait pas revu. Puis tout à coup, quelqu'un frappa à la porte ce qui fit sortir Louise de ses pensées. Saito et Louise alla ouvrir en même temps. En parlant du loup, c'était Charlotte reine de Gallia et Irukku.






Saito : Tiens, quelle surprise de vous voir !
Charlotte : J'ai un message...
Louise : Nous t'écoutons.
Charlotte : Sa Majesté aimerait vous voir...
Louise : Oh ! Princesse Henrietta !
Irukku : Montez sur mon dos pour que je vous y emmène !

Irukku se transforma en majestueux dragon bleu aux yeux verts. Les trois amis embarquèrent sur son dos pour voler jusqu'au palais de la reine Henrietta. Puisque Sylphid volait très rapidement, ils se rendirent en un rien de temps. Une fois sur la terre ferme Sylphid repris son apparence humaine de jolie femme aux longs cheveux bleus. Ils entrèrent tous au palais mais Louise semblait stressée.

Saito : Ça ne vas pas, Louise ?
Louise : Uh ? Oui, oui, Saito, ne t'inquiètes pas. C'est juste que je ne l'ai pas vue depuis un moment...
Saito : Tout va bien se passer, tu vas voir !

Toujours aussi joyeux ce petit Saito. Agnès la chevalière en qui la reine à le plus confiance gardait la porte. Lorsqu'elle vit nos quatre héros approcher elle frappa à la porte pour savoir si oui ou non la princesse pouvait accueillir ses amis.

...? : Entrez !

Angès leur ouvrit la porte. Elle entra avec eux dans la petite pièce presque vide. Elle n'était munie que d'une table et de deux chaises. En réalité, même si la guerre était finie, la reine n'avait pas fini de regagner son argent. En effet, par le passé Henrietta avait vendu presque tout ses biens pour aider son peuple et l'armée mais elle avait si bon cœur et ce n'était pas quelque chose qui la dérangeait. La princesse se retourna vers eux avec son grand sourire habituelle.

Henrietta : Louise Françoise !

Louise se mit immédiatement à genou en baissant la tête. Henrietta se mis à sa hauteur et lui releva la tête avec ses délicates mains et elle prit celles à Louise pour les coller contre sa forte poitrine.

Louise : Princesse...
Henrietta : Ô, Louise Françoise, je suis si heureuse de te voir et mariée ! Encore félicitation à toi et à Saito chevalier de Hiraga.
Louise : Merci mais ne vous obligez pas à...
Henrietta : Chut, Louise... je tiens réellement à te montrer ce que je ressens.
Louise : Prin-Princesse.

Louise était toujours mal à l'aise lorsqu'elle discutait avec la reine Henrietta. Elle s'obligeait à donner le meilleur d'elle même et à se soumettre à ses ordres. Par contre, la reine n'est que très peu exigeante, très gentille et si facile d'approche. D'ailleurs, lorsqu'elles étaient jeunes, elles étaient meilleures amies. Louise était destinée à être son amie de jeu. Depuis, elles ont une amitié très forte. Louise se releva.

Louise : Pour quelle raison sommes-nous ici, princesse ?

La reine Charlotte se mit aux côtés d'Henrietta pour parler de ce dont pourquoi ils sont là. Irukku, elle, regardait par la fenêtre et était épatée par la vue qu'avait la reine Henrietta sur le royaume.

Henrietta : Louise Françoise, nous avons une surprise pour toi.
Louise : P-Pour moi ?
Henrietta : Oui, nous t'en devons tous et chacuns une. Tu as sauvé le monde et pour te récompenser je voudrais que tu me suives.

Les six se rendirent à la salle de bal quelques étages plus bas. Oui, Agnès les suit toujours. Henrietta fit signe à Louise d'ouvrir les deux grandes portes menant à la salle. Elle était un peu timide mais Saito lui fit un clin d'œil. Elle poussa les deux portes et à sa grande surprise vit tout ses amis de l'académie qui avait organisé une petite fête en son honneur.

Kirche : Hey tout le monde, voilà Louise !
Tout le monde : Louise !

Elle était si surprise. Des larmes lui montèrent aux yeux mais elle avait un peu honte de pleurer. Elle s'essuya les yeux au moment où elle sentit cette sensation désagréable des yeux mouillés. Saito lui prit les épaules et lui chuchota quelque chose à l'oreille.

Saito : Tout ça, c'est pour toi...

Louise le regarda puis elle lui fit l'un de ses plus beaux sourires jamais fait. Elle descendit l'escalier qui faisait une courbe pour se retrouver à la même hauteur que ses amis. Puis Kirche s'approcha d'elle en premier.

Kirche : Louise, bravo pour ton mariage encore une fois. Je n'aurai jamais cru que Louise la zéro aurait pu devenir la mage la plus puissante de ce monde et qu'elle se serait mariée avant moi.
Louise : La zéro...
Kirche : Je blague, je blague, haha !
Louise : Professeur !
Colbert : Louise, comptes-tu revenir à l'académie ? Ça ne paressait peut-être pas mais l'école est bien trop silencieuse depuis que tu n'es plus là ! Je dois avouer, par contre, que nous économisons énormément en ce qui concerne les murs, les fenêtres et tout ce que tu détruisais avec ta magie d'explosion, hihi !
Louise : Non, je crois que je n'ai plus grand chose à apprendre, désormais.
Colbert : Je comprends, je comprends, après tout, tu es l'une des trois mages du néant restants !




Tout à coup, une petite blonde arriva pour donner à Louise une coupe avec une boisson alcoolisée dedans. Mais Louise ne boit pas...

Louise : Tiffania !
Tiffania : Louise, je suis si contente pour toi !
Louise : Merci, que deviens-tu ? Restes-tu à l'académie ?
Tiffania : Oui, je veux apprendre la magie. Moi et mes amis elfiques nous allons rester à l'académie le temps de bien maîtriser la magie.
Louise : C'est une bonne idée, en tout cas.

Louise entendit au loin le bruit d'une femme qui criait sur quelqu'un. Elle se retourna pour savoir qui était-ce et lorsqu'elle aperçu qui c'était elle n'était pas du tout surprise. Le jeune homme qui se faisait crier dessus se faisait pincer la joue par les doigts de la jeune femme.

...? : Guiche, que faisais-tu avec cette fille encore ?
Guiche : Aïe, aïe, aïe, Montmorency, tu me fais mal !
Montmorency : Pourquoi tu ne cesses jamais de draguer d'autres filles ?
Guiche : Ce n'est pas ce que tu crois !
Louise : Et bien, vous n'avez pas du tout changés, vous deux.
Montmorency : Oh tiens, Louise, je ne t'avais pas vue. Oui, Guiche joue encore les tombeurs...
Guiche : Tu te trompes !
Montmorency : Alors, pourquoi tu lui parlais aussi près ?
Guiche : E-Elle voulait savoir si je trouvais que s-son parfum sentait bon, c'est tout !
Montmonrecy : Pff, quelle excuse bidon...




Tout le monde buvait sagement et discutait ensemble. Louise était le centre d'intérêt mais contrairement au passé ce n'est pas pour se faire ridiculiser devant tout le monde. Elle était si heureuse de voir que tout le monde avait une petite pensée pour elle. Pendant qu'elle regardait les autres avec son grand sourire aux lèvres et toujours sa coupe entre les mains, Saito se glissa derrière elle pour lui la prendre et l'avaler d'un coup.

Saito : Oulah, toi tu ne touches pas à ça ! Depuis quand tu bois ?
Louise : Je ne buvais pas. C'était pour être polie si je l'ai acceptée, tu seras.

Saito déposa la coupe vide sur une table et prit les mains de sa femme qui devint rouge assez rapidement. Il passa sa main dans ses cheveux pour mettre sa couette derrière son oreille pour pouvoir mieux contempler son visage si féminin.

Saito : Tu es si belle...
Louise : A-Ah oui ? Eh-Eh bien, m-merci !

Dit-elle toute rouge. Puis le repas était servis. Tout le monde alla autour du buffet pour dévorer ce qu'il y avait. Louise remarqua tout de suite que les cuisiniers étaient Siesta, sa cousine Jessika, son oncle Scarron et quelques autres de l'académie.

Siesta : Oncle Scarron, je pourrais vous demandez quelque chose plus tard ?
Scarron : Hummmm ! Bien sûre mi mademoiselle !


Toujours d'un air aussi gay cet oncle Scarron...


Louise : Alors, c'est là qu'elle était, Siesta...
Saito : Et oui !

Ils se servirent tous et mangèrent tous, tout en discutant de tout et de rien. Surtout de leurs projets d'avenir. Mais lorsqu'il se fit tard, les gens devaient quitter. Alors ils se dirent tous à la prochaine et partirent. La salle de bal était sans dessus-dessous. Le plancher était couvert de saleté. Siesta et les autres domestiques se mirent à nettoyer la pièce.

Henrietta : Alors, comment as-tu trouvé ça, Louise Françoise ?
Louise : Honnêtement, vous m'avez prise par surprise. J'ai été heureuse de voir tout le monde !
Henrietta : Tant mieux ! Il se fait tard, je vais bientôt me coucher. Toi et Saito devriez rentrer avec la reine Charlotte.
Louise : Oui, c'est ce que nous allons faire !

Puis, ils quittèrent ensemble sur le dos de Sylphid avec Siesta. Une fois à leur demeure Charlotte leur souhaita bonne nuit et Saito, Louise et Siesta lui envoyèrent la main lorsque Sylphid s'envola. Ils entrèrent ensemble dans la demeure.

Siesta : Désolée de ne pas vous avoir avertis avant miss Vallière mais ça devait être une surprise !
Louise : Inutile de t'excuser, Siesta.
Saito : Bon, nous, nous allons dormir. Bonne nuit !
Siesta : Bonne nuit Saito, bonne nuit miss Vallière !

Siesta alla dormir de son côté dans sa chambre. Pour une simple servante, elle avait une superbe chambre. Elle devait se trouver si chanceuse. Du côté de Saito et Louise, Saito se mit en caleçon pour dormir et Louise en robe de chambre et évidemment c'est Saito qui l'a changée puisqu'ils sont dans le monde de Louise. N'oublions pas que Saito reste toujours son familier ! Une fois couchés, ils étaient face à face et Saito lui flattait le bras. Louise devint rouge.

Lire la suite

zero no tsukaima fiction 1 chapitre 2

16 Novembre 2015 , Rédigé par sakura

Louise était entrain de ranger ses petites culottes dans une commode qui était près du lit alors que Saito arriva derrière elle. En l'entendant arriver, Louise sursauta.

Saito : Haha, je ne voulais pas te faire peur.
Louise : De quoi tu parles, je n'ai pas eu peur du tout...
Saito : C'est ça... hum... Louise, je voulais m'excuser pour ce qui s'est passé.
Louise : Je ne vois pas de quoi tu parles.

Dit-elle sérieusement tout en rangeant ses derniers vêtements. Louise... quelle fille froide. Elle fait toujours comme si de rien n'était.

Saito : Tu sais... Siesta n'est pas là...
Louise : Oui et alors ?
Saito : J'avais pensé à quelque chose, tu vois...

Louise se retourna brusquement en lui pointant sa baguette de magicienne vers lui. Saito leva les bras tout en fixant la baguette. Il avait toujours des sueurs froides lorsque Louise s'emportait.

Saito : Héhé, c'était une blague !

Louise : Tu sais que je déteste ce genre d'humour...
Saito : Rho... allez, accroches moi un sourire sur ce jolie visage !

Louise rougis lorsque Saito affirma qu'elle avait un jolie visage. Il était si gentil avec elle. C'était la personne la plus gentille à ses yeux. Grâce à lui, elle ne vit plus ces journées d'enfer à l'académie où tout le monde se moquait d'elle autant pour sa capacité à la magie que pour son physique dont sa poitrine en faisait souvent le sujet...

Saito : Que dirais-tu d'aller voir les amis à l'académie ?
Louise : Et comment ? Je n'ai pas envie de perdre une journée pour y aller en calèche.
Saito : On pourrait demander à Charlotte de nous y emmener avec Irukku. Enfin... je veux dire Sylphid.
Louise : Charlotte...

Louise avait complètement oublié Charlotte mais en y repensant elle avait oublié tout le monde. Depuis leur mariage elle ne les avait pas revu. Puis tout à coup, quelqu'un frappa à la porte ce qui fit sortir Louise de ses pensées. Saito et Louise alla ouvrir en même temps. En parlant du loup, c'était Charlotte reine de Gallia et Irukku.






Saito : Tiens, quelle surprise de vous voir !
Charlotte : J'ai un message...
Louise : Nous t'écoutons.
Charlotte : Sa Majesté aimerait vous voir...
Louise : Oh ! Princesse Henrietta !
Irukku : Montez sur mon dos pour que je vous y emmène !

Irukku se transforma en majestueux dragon bleu aux yeux verts. Les trois amis embarquèrent sur son dos pour voler jusqu'au palais de la reine Henrietta. Puisque Sylphid volait très rapidement, ils se rendirent en un rien de temps. Une fois sur la terre ferme Sylphid repris son apparence humaine de jolie femme aux longs cheveux bleus. Ils entrèrent tous au palais mais Louise semblait stressée.

Saito : Ça ne vas pas, Louise ?
Louise : Uh ? Oui, oui, Saito, ne t'inquiètes pas. C'est juste que je ne l'ai pas vue depuis un moment...
Saito : Tout va bien se passer, tu vas voir !

Toujours aussi joyeux ce petit Saito. Agnès la chevalière en qui la reine à le plus confiance gardait la porte. Lorsqu'elle vit nos quatre héros approcher elle frappa à la porte pour savoir si oui ou non la princesse pouvait accueillir ses amis.

...? : Entrez !

Angès leur ouvrit la porte. Elle entra avec eux dans la petite pièce presque vide. Elle n'était munie que d'une table et de deux chaises. En réalité, même si la guerre était finie, la reine n'avait pas fini de regagner son argent. En effet, par le passé Henrietta avait vendu presque tout ses biens pour aider son peuple et l'armée mais elle avait si bon cœur et ce n'était pas quelque chose qui la dérangeait. La princesse se retourna vers eux avec son grand sourire habituelle.

Henrietta : Louise Françoise !

Louise se mit immédiatement à genou en baissant la tête. Henrietta se mis à sa hauteur et lui releva la tête avec ses délicates mains et elle prit celles à Louise pour les coller contre sa forte poitrine.

Louise : Princesse...
Henrietta : Ô, Louise Françoise, je suis si heureuse de te voir et mariée ! Encore félicitation à toi et à Saito chevalier de Hiraga.
Louise : Merci mais ne vous obligez pas à...
Henrietta : Chut, Louise... je tiens réellement à te montrer ce que je ressens.
Louise : Prin-Princesse.

Louise était toujours mal à l'aise lorsqu'elle discutait avec la reine Henrietta. Elle s'obligeait à donner le meilleur d'elle même et à se soumettre à ses ordres. Par contre, la reine n'est que très peu exigeante, très gentille et si facile d'approche. D'ailleurs, lorsqu'elles étaient jeunes, elles étaient meilleures amies. Louise était destinée à être son amie de jeu. Depuis, elles ont une amitié très forte. Louise se releva.

Louise : Pour quelle raison sommes-nous ici, princesse ?

La reine Charlotte se mit aux côtés d'Henrietta pour parler de ce dont pourquoi ils sont là. Irukku, elle, regardait par la fenêtre et était épatée par la vue qu'avait la reine Henrietta sur le royaume.

Henrietta : Louise Françoise, nous avons une surprise pour toi.
Louise : P-Pour moi ?
Henrietta : Oui, nous t'en devons tous et chacuns une. Tu as sauvé le monde et pour te récompenser je voudrais que tu me suives.

Les six se rendirent à la salle de bal quelques étages plus bas. Oui, Agnès les suit toujours. Henrietta fit signe à Louise d'ouvrir les deux grandes portes menant à la salle. Elle était un peu timide mais Saito lui fit un clin d'œil. Elle poussa les deux portes et à sa grande surprise vit tout ses amis de l'académie qui avait organisé une petite fête en son honneur.

Kirche : Hey tout le monde, voilà Louise !
Tout le monde : Louise !

Elle était si surprise. Des larmes lui montèrent aux yeux mais elle avait un peu honte de pleurer. Elle s'essuya les yeux au moment où elle sentit cette sensation désagréable des yeux mouillés. Saito lui prit les épaules et lui chuchota quelque chose à l'oreille.

Saito : Tout ça, c'est pour toi...

Louise le regarda puis elle lui fit l'un de ses plus beaux sourires jamais fait. Elle descendit l'escalier qui faisait une courbe pour se retrouver à la même hauteur que ses amis. Puis Kirche s'approcha d'elle en premier.

Kirche : Louise, bravo pour ton mariage encore une fois. Je n'aurai jamais cru que Louise la zéro aurait pu devenir la mage la plus puissante de ce monde et qu'elle se serait mariée avant moi.
Louise : La zéro...
Kirche : Je blague, je blague, haha !
Louise : Professeur !
Colbert : Louise, comptes-tu revenir à l'académie ? Ça ne paressait peut-être pas mais l'école est bien trop silencieuse depuis que tu n'es plus là ! Je dois avouer, par contre, que nous économisons énormément en ce qui concerne les murs, les fenêtres et tout ce que tu détruisais avec ta magie d'explosion, hihi !
Louise : Non, je crois que je n'ai plus grand chose à apprendre, désormais.
Colbert : Je comprends, je comprends, après tout, tu es l'une des trois mages du néant restants !




Tout à coup, une petite blonde arriva pour donner à Louise une coupe avec une boisson alcoolisée dedans. Mais Louise ne boit pas...

Louise : Tiffania !
Tiffania : Louise, je suis si contente pour toi !
Louise : Merci, que deviens-tu ? Restes-tu à l'académie ?
Tiffania : Oui, je veux apprendre la magie. Moi et mes amis elfiques nous allons rester à l'académie le temps de bien maîtriser la magie.
Louise : C'est une bonne idée, en tout cas.

Louise entendit au loin le bruit d'une femme qui criait sur quelqu'un. Elle se retourna pour savoir qui était-ce et lorsqu'elle aperçu qui c'était elle n'était pas du tout surprise. Le jeune homme qui se faisait crier dessus se faisait pincer la joue par les doigts de la jeune femme.

...? : Guiche, que faisais-tu avec cette fille encore ?
Guiche : Aïe, aïe, aïe, Montmorency, tu me fais mal !
Montmorency : Pourquoi tu ne cesses jamais de draguer d'autres filles ?
Guiche : Ce n'est pas ce que tu crois !
Louise : Et bien, vous n'avez pas du tout changés, vous deux.
Montmorency : Oh tiens, Louise, je ne t'avais pas vue. Oui, Guiche joue encore les tombeurs...
Guiche : Tu te trompes !
Montmorency : Alors, pourquoi tu lui parlais aussi près ?
Guiche : E-Elle voulait savoir si je trouvais que s-son parfum sentait bon, c'est tout !
Montmonrecy : Pff, quelle excuse bidon...




Tout le monde buvait sagement et discutait ensemble. Louise était le centre d'intérêt mais contrairement au passé ce n'est pas pour se faire ridiculiser devant tout le monde. Elle était si heureuse de voir que tout le monde avait une petite pensée pour elle. Pendant qu'elle regardait les autres avec son grand sourire aux lèvres et toujours sa coupe entre les mains, Saito se glissa derrière elle pour lui la prendre et l'avaler d'un coup.

Saito : Oulah, toi tu ne touches pas à ça ! Depuis quand tu bois ?
Louise : Je ne buvais pas. C'était pour être polie si je l'ai acceptée, tu seras.

Saito déposa la coupe vide sur une table et prit les mains de sa femme qui devint rouge assez rapidement. Il passa sa main dans ses cheveux pour mettre sa couette derrière son oreille pour pouvoir mieux contempler son visage si féminin.

Saito : Tu es si belle...
Louise : A-Ah oui ? Eh-Eh bien, m-merci !

Dit-elle toute rouge. Puis le repas était servis. Tout le monde alla autour du buffet pour dévorer ce qu'il y avait. Louise remarqua tout de suite que les cuisiniers étaient Siesta, sa cousine Jessika, son oncle Scarron et quelques autres de l'académie.

Siesta : Oncle Scarron, je pourrais vous demandez quelque chose plus tard ?
Scarron : Hummmm ! Bien sûre mi mademoiselle !


Toujours d'un air aussi gay cet oncle Scarron...


Louise : Alors, c'est là qu'elle était, Siesta...
Saito : Et oui !

Ils se servirent tous et mangèrent tous, tout en discutant de tout et de rien. Surtout de leurs projets d'avenir. Mais lorsqu'il se fit tard, les gens devaient quitter. Alors ils se dirent tous à la prochaine et partirent. La salle de bal était sans dessus-dessous. Le plancher était couvert de saleté. Siesta et les autres domestiques se mirent à nettoyer la pièce.

Henrietta : Alors, comment as-tu trouvé ça, Louise Françoise ?
Louise : Honnêtement, vous m'avez prise par surprise. J'ai été heureuse de voir tout le monde !
Henrietta : Tant mieux ! Il se fait tard, je vais bientôt me coucher. Toi et Saito devriez rentrer avec la reine Charlotte.
Louise : Oui, c'est ce que nous allons faire !

Puis, ils quittèrent ensemble sur le dos de Sylphid avec Siesta. Une fois à leur demeure Charlotte leur souhaita bonne nuit et Saito, Louise et Siesta lui envoyèrent la main lorsque Sylphid s'envola. Ils entrèrent ensemble dans la demeure.

Siesta : Désolée de ne pas vous avoir avertis avant miss Vallière mais ça devait être une surprise !
Louise : Inutile de t'excuser, Siesta.
Saito : Bon, nous, nous allons dormir. Bonne nuit !
Siesta : Bonne nuit Saito, bonne nuit miss Vallière !

Siesta alla dormir de son côté dans sa chambre. Pour une simple servante, elle avait une superbe chambre. Elle devait se trouver si chanceuse. Du côté de Saito et Louise, Saito se mit en caleçon pour dormir et Louise en robe de chambre et évidemment c'est Saito qui l'a changée puisqu'ils sont dans le monde de Louise. N'oublions pas que Saito reste toujours son familier ! Une fois couchés, ils étaient face à face et Saito lui flattait le bras. Louise devint rouge.

Lire la suite

zero no tsukaima fiction 1 chapitre 1

16 Novembre 2015 , Rédigé par sakura

Saito : Louise... te sens-tu réellement prête ?

Louise avala sa salive en regardant ses pieds. Elle devint rouge comme une tomate. Elle serra la main de son amoureux de toutes ses forces puis, elle releva la tête avec confiance.

Louise : Oui, Saito.

Affirma-t-elle avec tant de confiance. Saito s'empressa d'appuyer son index sur le bouton de la sonnette de sa maison. Ils entendirent le bruit de la sonnette à l'intérieur de la maison. Le temps d'attente les rendait tout les deux très nerveux. Puis, quelqu'un vint leur ouvrir la porte. C'était nul autre que la mère de Saito qui ouvrit la porte. Ses cheveux d'une couleur aussi ténébreuse que celle de son fils ne pouvait la trahir. Ses yeux sont devenus si grands, elle était bouche bée.

Saito : Maman...
Mère : Sa-Sai...

Il n'y avait aucun mot qui pouvait sortir de sa bouche puisqu'il y avait beaucoup trop d'émotions en même temps. Elle croyait rêver en le voyant devant elle. Elle ne l'a pas revu depuis deux ans. Elle n'aurait jamais cru le revoir ainsi.

Mère : Saito !

Puis elle enlaça si fort son fils qu'il n'était plus capable de respirer. Mais Saito était aussi très heureux de la revoir, après tout ce temps. Deux ans sans voir ses amis et sa famille. Mais pour lui, ce voyage en a valu la peine puisqu'il a rencontré l'amour de sa vie.

Mère Sa-Saito ! Où étais-tu, pendant tout ce temps, mon fils ?

Elle pleurait toutes les larmes de son corps. Saito ne su pas répondre à la question. C'est normal... après tout, qui pouvait le croire ?

Après cette courte retrouvaille, Saito, sa mère ainsi que Louise entra dans la demeure des Hiraga qui était assez petite. Louise regardait minutieusement chaque pièce qu'elle traversait du regard. Elle n'était pas habituée à ce genre de style. Une fois dans la pièce principale, c'est-à-dire le salon, il y avait le petit frère de Saito, Hinako, qui écoutait un manga à la télévision.

Mère : Hinako, regarde qui c'est !

Le jeune enfant de 12 ans se retourna, chips à la main. En voyant son grand frère lui aussi devint les yeux si gros qu'on aurait dit qu'ils allaient tomber. Ensuite, des larmes sont apparues dans ses yeux et il sauta par dessus le canapé pour se rendre dans les bras de son frère.

Hinako : Saito, Saito !
Saito : Petit frère...

Louise trouvait ça spécial de voir des gens démontrer autant leurs émotions. Par chez elle, un noble ne doit pas montrer ses émotions. Il doit rester fort et brave. Et maintenant que Saito en est un...

Saito : Haha, Hinako ! Pitié, petit frère... cesse de pleurer parce que... tu vas me faire pleurer aussi...

Puis Saito essuya ses quelques larmes avant de serrer sa famille dans ses bras.

Saito : Maman, Hinako, vous m'avez tant manquer ! Comme tu as grandi, frangin.
Mère : Mais où étais-tu ?

Dit-elle en lui flattant le visage, croyant qu'elle rêvait.

Saito : C'est... une longue histoire. Je vous en parlerai, plus tard.

Hinako agrippa le bras de Saito en pleurant comme un bébé.

Hinako : Ne pars plus jamais, Saito !

Un sourire s'afficha sur le visage du japonais. Il était très heureux de voir qu'il était important à leurs yeux.

Saito : Je te le promets...

Ce soir là, la famille des Hiraga avait fait livrer des mets japonais. Ça allait être une première pour Louise qui n'a jamais mangé ce genre de nourriture. Puis, Saito se donna une claque sur le front, réalisant qu'il avait oublié de présenter Louise à sa famille.

Saito : J'ai oublié quelque chose... maman, Hinako, je vous présente Louise.
Mère : Oh, je suis désolée de ne pas y avoir pensé non plus. Après tout ces événements... Je suis Atashi Hiraga, la mère de Saito et lui c'est son petit frère, Hinako.

Contrairement à Saito, Hinako avait les cheveux et les yeux bruns. À part de ça, ils étaient identiques. Sauf que Hinako était plus petit, puisqu'il est plus jeune de sept ans.

Louise : Je suis désolée de ne pas m'avoir présentée !

Louise poussa sa chaise et se leva de celle-ci pour se mettre à genou, tête baissée. Digne d'une vraie noble... Saito, à ce moment, savait ce qu'allait faire Louise. Il va avoir des trucs à lui apprendre...

Louise : Je suis Louise Françoise Leblanc de la Vallière. Noble et chevalière de la princesse Henrietta de Tristain.

Atashi et Hinako échappèrent leurs baguettes chinoises, tout en faisant une expression assez bizarre du visage. Ils voyaient très bien qu'elle ne venait pas du coin...

Mère : Oh... alors... ravie de faire ta rencontre, Louise.
Saito : Louise... tu peux me dire ce que tu fais ?
Louise : Je me présente comme tout noble qui se respect, pourquoi ?
Saito : Il y a deux ou trois petits trucs que je devrais te dire, alors !

Puis, un lourd silence survient. Louise n'était pas du tout mal à l'aise. Au contraire, c'est très normale pour elle d'agir de cette façon. Par contre, pour Saito et sa famille, ce n'est pas le cas. Elle finit par reprendre place à la table.

Louise : Comment vous faites pour manger avec ces trucs ? C'est impossible à manipuler !
Saito : Attends, laisse moi te montrer.

Puis Saito lui plaça les doigts d'une bonne manière pour faciliter sa prise des aliments. Louise trouvait les aliments délicieux. C'était meilleur que tout ce qu'on lui servait à l'école ou même ce que Siesta lui cuisinait. Après le repas, Saito est allé installer Louise dans chambre car sa mère voulait lui parler.

Saito : Essaies de dormir, pendant ce temps. Ça ne sera pas long, promis.

Il ferma la porte derrière lui et se dirigea vers la cuisine pour avoir une conversation avec sa mère. Elle était assise sur la chaise, café à la main. Il prit place, à son tour.

Mère : Saito... je voudrais que tu m'expliques...
Saito : C'est très compliqué à comprendre... tu ne me croiras certainement pas.
Mère : Je t'en prie...

Cette expression sur le visage de sa mère poussa Saito à lui dire la vérité, même si l'histoire qu'il allait lui raconter lui paressait inventée.



Saito : Eh bien, c'était le jour où je suis allé réparer mon ordinateur portable. J'ai vue cette énorme sphère verte apparaitre au milieu de l'avenue principale. J'ai trouvé ce phénomène intriguant et j'ai décidé d'y glisser un doigt mais j'ai été littéralement absorbé par cette sphère et en la traversant je me suis retrouvé contre le sol sous un tas de fumé. C'est là que j'ai vue Louise s'approcher de moi avec tout ses camarades derrière qui riaient. J'ai été transporté d'un monde à l'autre. J'étais à cette école de magie. Louise m'a, en quelque sorte, 'invoqué'. Je sais que ça peut paraitre bizarre mais c'est la vérité. À toi de me croire ou non.







Atashi ne semblait pas dans son assiette, à cet instant. Tant de mauvais souvenirs lui revenaient. De mauvaises pensées qui hantent son esprit depuis la disparition de son fils aîné.




Mère : Ton ordinateur portable... oui, je me rappelle. Les policiers l'avait retrouvé sur le chemin dès que je t'ai porté disparu. Au départ, je croyais que tu t'avais fait enlevé par un criminel mais le réparateur qui a été interrogé a affirmé que tu étais seul et il n'y avait aucune preuve et aucun témoin qui pouvaient affirmer que tu étais avec un inconnu. Après de longs mois de recherches sans réponse, j'ai fini par penser que tu étais parti. Que tu avais fugué à cause de moi... à cause de ce qui c'était passé juste avant...

Atashi se mit à pleurer, à cet instant. Elle croyait être une mauvaise mère lorsque son fils avait disparu et elle ne voulait pas répéter la même erreur avec Hinako.

Mère : Mais pourquoi ne pas être revenu plus tôt ? Si tu es là, c'est que tu as réussis à revenir ! Mais pourquoi maintenant et pas avant ?
Saito : Louise possède une magie qui permet d'ouvrir des portes entre deux mondes différents. C'est comme ça que nous avons pu venir ici.
Mère : Pourquoi ne pas être revenu rapidement, alors ?
Saito : Elle ignorait qu'elle possédait ce pouvoir, avant.
Mère : Ton histoire est insensée...

Clak ! La tasse de café éclata et Saito et sa mère émirent chacun un cri de peur. Ils se retournèrent et virent Louise pointer sa baguette en direction de la tasse.

Louise : Est-ce toujours aussi insensée ?
Mère : M-Mais... Co-Comment ?
Louise : C'est ma magie d'explosion. Avec tout le respect que je vous dois, je vous prierais de ne pas sous-estimer une noble mage comme moi.

Hinako qui se cachait derrière le cadre de porte menant au salon s'approcha de Louise. Il était en pyjamas avec un train rouge et jaune sur son t-shirt. Il essaya de prendre sa baguette mais Louise eut le réflexe de la soulever dans les airs avant qu'il ne puisse la prendre.

Louise : Non, non, on ne touche pas à ça ! Ce n'est pas un jouet.
Hinako : Mais tu peux faire de la magie ! Est-ce que tu peux me faire apparaitre un lapin ?
Louise : Un lapin ? Non, mon familier est Saito et personne d'autre !
Hinako : Un familier ?
Louise : Oui, je ne peux qu'en invoquer un seul pour toute la vie.
Hinako : C'est trop cool ! Tu peux m'apprendre ?
Louise : 'Cool' ? Et ça veut dire quoi ?
Hinako : Hein ? Mais tu vies dans les bois toi ou quoi ?
Saito : Héhé, bon, je crois que c'est l'heure de dormir, n'est-ce pas ?
Mère : Oui, Hinako, vas dans ta chambre. J'ai des choses à dire à ton frère. Ne te mêles pas de ça.
Hinako : Roh, c'est pas juste... c'est une magicienne, une vraie ! Elle pourrait faire carrière à Hollywood et devenir millionnaire !
Mère : Hinako, ne me laisse pas compter jusqu'à trois !
Hinako : Uh ? Rah... très bien...
Saito : Et ne racontes ça à personne, petit frère !

Saito était très sérieux à cet instant. Si de pures inconnus apprenaient que Louise peut faire de la vraie magie, qui sait ce qui peut y arriver...

Hinako : D'accord...
Saito : Et je suis très sérieux !

Puis il partit dans sa chambre. Louise resta aux côtés de son mari pour discuter avec sa belle-mère. Elle avait un tas de questions à poser à son fils, après tout. Atashi ramassa les dégâts causés par Louise. Elle récolta les morceaux de la tasse de café qui était en mille miettes. Elle mit ensuite les morceaux près du lavabo et nettoya le café qui était sur la table et contre le sol.

Saito : Pourquoi ne pas les jeter ?
Mère : Oh, sans importance.
Saito : Ah et je tiens aussi à te dire que moi et Louise sommes mariés !
Mère : Ma-Mariés ?
Saito : Oui, nous nous sommes mariés dans une église dans son monde.
Mère : Mais... tu n'as que 19 ans, Saito !
Saito : Et alors ?
Mère : Et je n'y suis pas allée...
Saito : Ne te plains pas. L'important c'est que je sois sain et sauf.

Puis sa mère afficha un grand sourire sur son visage. S'il est revenu c'est qu'elle ne devait pas être une mauvaise mère, finalement. Elle a toujours l'impression de rêver. Elle ne pensait jamais retrouver son grand fils. Et le voilà qui revient et marié !

Mère : Dîtes-moi, c'est quoi cette histoire de familier ?
Saito : En m'invoquant, je suis devenu le familier de Louise. Par exemple, pour ses camarades ils ont invoqué des salamandres de feu, des dragons et un tas d'autres.
Mère : Des dr-dragons ?
Saito : Oui et pour le cas de Louise, c'est un humain !
Mère : Quelle histoire... et qu'est-ce qu'un noble ?
Saito : Souvent les nobles sont des mages. Un noble vient souvent d'une famille riche. Le noble est un chevalier qui est fidèle à la reine ou au roi dans certains cas.
Louise : Oui, c'est à peu près ça.
Mère : Eh bien... c'est comme pour nous, il y a des siècles.

Louise : C'est là que nous vivons !
Mère : Wow, mais c'est un manoir ?
Saito : Oui mais ce n'est pas aussi jolie que tu le penses. Dans le monde de Louise la technologie n'est pas très avancée. Il n'y a pas d'électricité. C'est un peu l'époque médiéval, je dirais.
Mère : Je trouve ça... très beau.
Louise : Merci, c'est un cadeau de la princesse !
Mère : La princesse ? C'est un monde rempli de royauté, alors ?
Louise : Oui, moi et Saito sommes ses chevaliers.
Mère : Des chevaliers ? Tu veux dire de vrais chevaliers qui se battent ?
Louise : Bien sûre mais si c'est pour protéger Sa Majesté, nous sommes prêts à tout !
Mère : Saito... j'aimerais que tu sois prudent...
Saito : Si tu savais ce que j'ai vécu...
Mère : Mais alors... ça fait de toi un noble ! Tu pratiques, alors, la magie, toi aussi ?
Saito : Non, pas vraiment, ça aussi c'est une longue histoire. Je te la raconterai une autre fois. Le temps passe si vite.
Louise : Oui et nous avons un tas de trucs à faire encore.

Puis, Louise et Saito s'apprêtèrent à rentrer dans le portail. Il le traversèrent et Saito agita sa main pour dire au revoir à sa mère. Évidemment, ils vont revenir la voir fréquemment. C'est à ce moment que Atashi remarqua la marque sur la main de Saito.

Mère : Saito, qu'est-ce que cette...

Avant même qu'elle pu finir sa phrases, le portail se referma.

Mère : Marque...

De nouveau dans le monde de Louise, elle prit la main de son mari. Ils se regardèrent un moment et rentrèrent dans leur demeure. Ils ne voyaient aucun signe de Siesta. Louise était contente puisqu'elle n'aime pas trop cette servante. Elle sait très bien qu'elle aime Saito et qu'elle serait prête à tout pour lui voler.

Saito : Alors, que penses-tu de ma famille ?
Louise : Elle est, je dirais, plutôt bien.
Saito : Tu vois que je ne disais pas des mensonges à propos de mon monde.
Louise : Tu as raison, je m'excuse d'avoir douté de toi, par le passé.
Saito : Tu es pardonnée.

Et il l'embrassa tendrement. Par la suite, ils finirent à défaire ce qu'il restait à installer dans la maison puisqu'ils n'avaient jamais réellement fini de s'installer.

Louise : Saito... j'ai une question.
Saito : Oui ?
Louise : Pourquoi ton père s'est tué ?

Le visage de Saito changea. Il était un peu furieux qu'elle lui pose la question d'une manière aussi direct. Il n'aimait pas parler de son père. Il ne se sentait pas prêt à en parler.

Saito : Une autre fois, tu veux ?

Il quitta, ensuite, la pièce pour éviter ce sujet de conversation. La curiosité de Louise ne faisait que s'aggraver. Elle voulait savoir à tout prix ce qui c'était passé. Dans son monde, le suicide n'est que peu fréquent presque inexistant. Serait-ce une habitude dans le monde de Saito ? Elle le sera peut-être, un jour.




Lire la suite

one piece opening 14:fight together de namie amure

7 Novembre 2015 , Rédigé par sakura

namie amuro
namie amuro

Yo ga akeru mae ni tabidatou
Mada minu ashita wo mukae ni ikou
Sou kimeta koto kui wa nai (Oh I know what I'm supposed to do)
Donna shiren ga machiukete iyouto
Takanaru kodou tomerare wa shinai
Mezasu basho wa tada hitotsu
(Fly to the light)


Tatakai no hate ni eta kizuna (That's right)
Dare nimo kizutsukesase wa shinai (That's right)
Nigiri shimeta te hirakeba
Soko ni chikara ga yadoru
Saa hajimeyou


Atarashii sekai ga yondeiru hora mite goran
Ikutsu no umi hedatete itato shitemo
Itsudatte sasaeteiru osorezu ni mae e
Wasurenaide
We fight together


Kegashita koto wa nai
Ano hi miageta dokomademo takaku hiroi sora


Zuibun to tooku made kita
Sorezore no chikai wo mune ni
Mayoi nado nai seou mono ga aru


Hi ga nobori kanashimi sae hitoshiku terasu
Shinjiterunda itsuka hitotsu ni tsunagaru mirai wo
Issho ni mitsuke ni ikou
Kimi no kawari wa inai
Wasurenaide
We fight together

one piece opening 14

Lire la suite

fairy tail opening 15:masayume chasing de boa

7 Novembre 2015 , Rédigé par sakura

boa
boa

Yume wo otte mayoikonda kokoro no mori no oku
Kagami yori sunda izumi utsuru yuganda Smile


Koboreta namida wa (Don't Cry) kin demo gin demo nakute
Arifureta namida (Fall From My Eyes) megami mo kizukanai


Masayume Chasing Chasing
Koero motto jibun shijou saikou no
Ima wo Chasing Chasing
Sou egaita jibun ni natte moyase mune no hi wo
Na na na na na na na oh na na na na na hey hey
Kakenukero Hero moyase mune no hi wo (My Life… Yeah)


Me wo tojite mimi sumaseba kasuka ni yobu koe
Daremo inai hazu no mori de miageta sora no ao


Koko e wa modoranai (Good Bye) KODOKU to iu na no moudoku no
Amaku kaoru hana (Fill Up The Sky) sakihokoru sekai ni


Sayonara Changing Changing
Koero motto jibun shijou saikou no
Egao Changing Changing
Sou negai wa kanau wa kitto terase mune no hi yo
Na na na na na na na oh na na na na na hey hey
Kakenukero Hero terase mune no hi yo


Hey mou mechakucha HAADO de hontou no jibun ga dare da ka
Wake Up shite Make Up enen mainichi kurikaeshite Fade out (Ah…)
Konna akumu kara (La…) No Way Baby (No Way Baby)
(na na na na na) nukedasu ni wa (Go Gotta Go Now) me wo samasu shikanai


Mabushii chouyou abite me wo korasu saki ni
Ano hi ni mieta mirai ga te wo hirogeteru Oh


Masayume Chasing Chasing
Koero motto jibun shijou saikou no
Toki wo Chasing Chasing
Sou egaita jibun ni natte moyase mune no hi wo
Na na na na na na na oh na na na na na hey hey
Kakenukero Hero moyase mune no hi wo

fairy tail opening 15

Lire la suite
1 2 > >>